Album de voyage d'Eugène Antoniadi

RV1

MAGNIFIQUE ALBUM DE VOYAGE

DU CÉLÈBRE ASTRONOME EUGÈNE ANTONIADI

CONSTANTINOPLE - TURQUIE GRÈCE - MÉDITERRANÉE 

28 AQUARELLES & DESSINS ORIGINAUX  & 34 PHOTOGRAPHIES 



7 000,00 €
TTC

  Garanties sécurité

Paiement sécurisé par CB - Chèque, virement

  Politique de livraison

LIVRAISON OFFERTE pour toute commande de plus de 100 € - Colissimo ou DHL en fonction de la valeur

ANTONIADI, Eugène Michel,

[ ALBUM DE VOYAGE 

  DE MARSEILLE à CONSTANTINOPLE ] 

9 juin - 8 septembre 1902,
2 forts albums in-folio, demi-chagrin marron foncé, plats de toile chagrinée. Petits manques en coins et coiffes ; mors & dos émoussés, petite mouillure en queue du premier plat du second volume. Les albums comprennent en tout 81 feuillets de texte en grec moderne très lisible & 45 épaisses planches cartonnées portant dessins, photographies, cartes postales et divers documents. Une grande carte ajoutée à la fin du second volume.

 

Eugène Antoniadi, un astronome spécialiste de la planète Mars

Astronome français d’origine grecque, Eugène Antoniadi (né à Constantinople en 1870), fut membre de la Société astronomique de France & de la Royal Astronomical Society. Spécialiste de la planète Mars, il fut le proche collaborateur de Camille Flammarion à l’observatoire de Juvisy-sur-Orge – dont il devint le directeur adjoint –, avant de partir en Turquie de 1902 à 1909, puis de rejoindre l’observatoire de Meudon à son retour en France.

Comme le note Marie-Paule Guérif des Archives départementales de l’Essonne, qui conservent certaines de ses aquarelles astronomiques : « Le nom d’Antoniadi est lié à la démystification des canaux martiens, illusions d’optique qui engendrèrent à la fin du XIXe siècle une croyance populaire quant à la présence d’êtres « intelligents » sur Mars. Cette controverse perdura jusqu’à la publication en 1930 de l’ouvrage La planète Mars, dans lequel Antoniadi tenta de mettre fin à la polémique en présentant des cartes ne comportant aucun canal. ». Aujourd’hui, « deux cratères de Mars et Vénus portent son nom, ainsi qu’une région de Mercure. »

Le voyage à Constantinople

Le présent album a été réalisé par Antoniadi à l’occasion de son voyage de noces avec Ketty Sevastopulo. Le mariage eut lieu le 9 juin 1902 à l’église grecque de la rue Bizet. D’après les articles du New York Herald et du Gaulois contrecollés dans l’album : Ketty était la fille de « M. et de Mme Théodore Sevastopulo (…) un des familles les plus connues de la colonie grecque de Paris ». On remarque la présence à la cérémonie de notables grecs, de Camille Flammarion, ou encore de la princesse Bibesco. Peu après le mariage le couple embarque à Marseille sur le paquebot à voile et à vapeur « Tigre » des Messageries mariBaskerville.

Le premier volume présente le déroulé du voyage, en mer. Des dessins & de nombreuses cartes ou extraits de cartes viennent illustrer le périple. Marseille, côtes italiennes, Lipari, le Stromboli, détroit de Messine – « Charybde & Scylla », îles grecques, Cap Malé, Syros, Délos, Eubée, Mont Olympe, Thessalonique, péninsule Chalcidique, Mont Athos, mer de Marmara…

Le second volume est consacré à Constantinople. Antoniadi y évoque en archéologue les quartiers marqués par la mémoire grecque, le sarcophage d’Alexandre, les monuments religieux, et bien sûr Sainte-Sophie. Il consacre à la basilique 15 pp. avec plusieurs croquis manuscrits, un plan au sol, et des reproductions contrecollées – on notera qu’Antoniadi publiera un ouvrage sur Sainte-Sophie en 1907. Il ajoute ensuite des cartes « historiques » de l’Empire Byzantin.

Aquarelles & photographies

28 dessins originaux de la main d’Eugène Antoniadi, la plupart à l’aquarelle et au crayon. Ces très belles et fines compositions, parfois signées, sont à la fois expressives et pour certaines quelque peu oniriques. Elles ont été réalisées en mer à bord du Tigre, puis à Constantinople. On note trois grands dessins : une belle figure du Stromboli en éruption (20,5 par 11 cm), une vue du Mont Athos s’élevant dans des reflets rosés, des navires sur le Bosphore. On remarque encore trois jolis dessins représentant le Stromboli (16 x 16 cm). Une aquarelle représentant le Mont Olympe ; deux autres le Cap Malée, de nuit. Une dizaine de compositions plus petites (principalement de Constantinople & Sainte-Sophie) viennent compléter cet ensemble.

34 photographies originales. Parmi celles-ci on remarque 9 photographies qui sont l’oeuvre d’Eugène Antoniadi lui-même ou de ses compagnons de voyage. Trois d’entre elles portent la signature à l’encre d’Antoniadi : il s’agit de clichés pris depuis le Tigre (format 16 cm x 6 cm & 15 cm x 10 cm, notamment à Syros). On remarque encore des paysages turcs et une photographie du pont du navire – où l’on reconnaît la femme d’Antoniadi. S’y ajoutent trois photographies de famille. En plus de ces 12 clichés personnels, on trouve ici 17 grandes photographies originales, épreuves albuminées de format 20 x 26 cm environ, achetées sur place par Antoniadi. Ces tirages sont signés de studios célèbres de la fin du XIXe : en particulier Abdullah frères mais aussi Andriomenos et Sébah & Joaillier. On remarque « La Sublime Porte » ; la mosquée de Yeni Djami, le pont de Galata, des vues du Bosphore, une vue de Tarabya. Des photographies de Sainte-Sophie (1 pour l'extérieur & 3 pour l'intérieur). S’ajoutent à ces 17 grandes photographies, 5 clichés plus petits présentant le sarcophage d’Alexandre.

On note encore quelques cartes postales (11), un menu de bord du paquebot Tigre, le faire-part de mariage d’Eugène Antoniadi et de son épouse, & des articles de presse.

Très beaux albums de voyage